Oatmeal Pullover

C’est l’hiver, la bonne saison pour tricoter un pull épais !

pull Oatmeal
avec un sous-pull bordeaux, c’est pas si mal…!

Il ne me reste plus qu’à me tricoter des sous-pulls pour aller avec ! Ça me changera un peu de mes pulls à manches longues. En tout cas je suis vraiment contente du résultat, d’autant que j’étais un peu sceptique quand je tricotais… Le blocage a tout arrangé !

J’ai posté plus de photos sur la page du projet sur Ravelry.

Le fil

C’est un fil Ardelaine : Naturlaine 6, que j’ai déjà utilisé pour un autre pull. Pour être tout à fait exacte, j’ai tricoté les restes de ce précédent pull… d’où le fait que les manches soient un peu courtes ! Le patron indique des manches trois-quarts mais je n’avais plus assez de fil – et impossible d’en racheter, les stocks chez Ardelaine étant vides… Les couleurs : « kasha » pour la principale, et « camel » pour la contrastante.

La laine est toujours aussi agréable, rustique, avec son odeur de mouton… Que demander de plus ?

Ah si ! Cerise sur le gâteau, cette fois je ne me suis pas fait mal en tricotant. L’année dernière j’expérimentais la méthode dite continentale, qui ne m’a finalement pas convenu. J’ai donc tricoté ce pull Oatmeal selon ma méthode ordinaire – appelée par moi « méthode tendax » car je ne crois pas qu’elle ait un « vrai » nom – et tout s’est bien mieux passé !

Pour les curieuses, j’ai appris à tricoter avec les tutoriels de Mille milliers de mailles (les premiers sur lesquels je suis tombée, à vrai dire) : la méthode tendax en vidéo.

J’ai utilisé environ 460 m de fil – soit 32 € – pour ce pull.

Le patron

Le patron est signé Jane Richmond. Je n’ai pas vraiment de remarque, les instructions sont claires, c’est un tricot plutôt simple. J’ai fait pas mal de modifications car mon échantillon ne correspondait pas mais honnêtement les notes que j’ai prises sont assez peu compréhensibles, je préfère donc ne rien indiquer.

J’ai ajouté les rayures, j’aime bien le résultat même si j’aurais volontiers fait une ou deux rayures de plus sur le corps (mais je n’avais plus de laine foncée…).

Il s’agit d’une construction en raglan, que j’ai déjà pratiquée par le passé. Je ne suis pas trop convaincue par ce type de construction – encore que le résultat soit plus réussi que ce à quoi je m’attendais pendant que je tricotais ! Ce n’est pas le patron qui est en cause mais bien ce fichu raglan qui ne tombe jamais bien au niveau de l’emmanchure ! Bon, je ne m’avoue pas vaincue et je réfléchis à une façon d’obtenir un raglan « qui aille » mais… ce sera pour plus tard (quand je me sentirai de créer mon propre patron).

Pot #3

Deux pots, à vrai dire, et avec leurs soucoupes tant qu’à faire !

La photo ne permet pas de bien « mesurer » les pièces : le pot de gauche est haut de 10 cm, celui de droite de 12 cm. Des tailles moyennes, quoi.

grès noir

Les deux sont en grès chamotté et montés au colombin (comme d’habitude).

Pour le décor c’est de l’émail, avec un résultat plus ou moins réussi. Afin d’éviter que le bas des pots ne soit trop sali par la terre (quand plante il y aura, s’entend), j’ai émaillé… mais trop finement. Du coup, ça fait une bande noire au lieu des couleurs attendues.

grès rouge

Au niveau des intérieurs (si je puis dire), je suis assez contente du résultat sur le grès rouge ; en revanche sur le noir, j’espérais un peu plus de vert… C’est la dure loi de l’émail !

Rosewater

Un petit châle, parce que ça faisait longtemps ! Avec une laine achetée sur un marché cet été, tant qu’à faire… Ça rappelle les vacances.

châle Rosewater
léger… !

Rien que de très classique mais il s’agit de mon premier châle arrondi, je n’avais jusqu’à présent tricoté que des châles triangulaires. J’ai bien aimé tricoté cette forme, et je suis définitivement convaincue par les châles : ce sont vraiment de chouettes projets !

J’ai posté plus de photos sur la page du projet sur Ravelry.

Le fil

C’est une laine de pays teinte à la main, que j’ai achetée cet été sur le marché de Cauterets (65). Épaisseur fingering, que j’ai ici tricoté avec des aiguilles 4 mm.

La laine a été teinte par Le fil de Zébulon (pas trouvé de site donc je mets le compte Instagram). La photo ne rend pas justice aux couleurs, c’est un beau vert d’eau qui domine, avec des touches de jaune et de bleu… Il est très beau !

Fil fin, léger et plutôt « rustique » (comme j’aime), que j’ai pris grand plaisir à tricoter !

J’ai utilisé environ 328 m de fil – soit 12,38 € – pour ce châle.

Le patron

Rosewater est un patron de Janina Kallio, alias Woolenberry. C’est une designeuse qui s’est spécialisée dans le patron de châle, en tout cas c’est ce qu’elle propose majoritairement.

Rien de particulier à dire, le patron est clair et je l’ai suivi sans faire de modification. Je n’ai pas fait d’échantillon et du coup mon châle est plus petit que ce qu’annonce le patron mais ce n’est pas très grave, il est suffisamment grand pour me tenir chaud au cou !

J’ai trouvé la construction intéressante. Le motif de dentelle n’est pas fou mais il n’était pas non plus désagréable à tricoter. Bref, je suis contente !

Pot à crayons

Il faut bien le dire, on n’a jamais assez de pots chez soi. En tout cas, je ne me lasse pas d’en faire. Et si en plus on a des crayons à ranger…

Tout tient, c’est-y pas beau ?

Rien de bien compliqué : une plaque ronde, puis la partie centrale montée au colombin, ensuite le bord monté au colombin itou, enfin les séparations entre les compartiments.

Spirale…

J’ai mal géré le séchage : après avoir gardé la pièce légèrement emballée pendant trois jours, histoire qu’elle sèche tranquillement, j’ai décrété qu’elle était quasi sèche et que je n’avais plus qu’à la mettre à l’air libre. Grosse erreur ! Elle était encore bien humide, et ce qui devait arriver arriva : les petits colombins qui séparent les compartiments ont séché plus vite que le reste, et certains se sont décollés…

Heureusement tout ce petit monde a supporté les cuissons sans casser d’avantage, et l’émail est venu consolider l’ensemble. On voit les cassures mais ça n’est pas gênant : si ce pot à crayons n’est pas maltraité, tout devrait tenir.

On voit bien la cassure ici à la première séparation, en haut.

Je n’ai pas précisé mais le pot est fait en grès blanc chamotté.

Pleione

Même s’il a beaucoup plu ces derniers mois… c’est l’été ! J’ai lancé avec un peu de retard ma saison de tricot végétal, mais enfin, voilà un premier projet : un petit haut en lin.

haut Pleione
avec le coup de soleil en prime !

Léger et tout simple, il sera parfait pour les jours de grande chaleur !

J’ai posté plus de photos sur la page du projet sur Ravelry.

Le fil

J’ai tricoté en Kalinka, fil de la marque Karin Öberg acheté chez Laine et Tricot. C’est du 100 % lin, à tricoter avec des aiguilles 3 à 3,5mm (j’ai utilisé des 3,5mm pour ce projet). J’aime beaucoup ce fil que j’ai déjà utilisé à plusieurs reprises !

Le couleur est « syren ». Je l’aime bien ; après il est vrai qu’elle est assez difficile à saisir, en fonction de l’éclairage le fil peut paraître gris, alors qu’il est en fait parme comme on peut le voir sur la photo.

J’ai utilisé environ 525 m de fil – soit 25,31 € – pour ce petit haut.

Le patron

Pleione est un patron d’Audrey Borrego, aussi connue sous le nom de Yarnflakes sur les réseaux sociaux (je précise car elle semble avoir au moins une homonyme active sur internet). Pas grand-chose à dire sur le patron lui-même, les instructions sont claires et il n’y a pas de difficulté technique.

J’ai dû faire quelques modifications car mon échantillon ne correspondait pas à celui du patron (j’étais à 26m x 32r pour 10x10cm, quand le patron était à 27m x 27r). Les modifications se concentrent sur la section « Raglan » (parties 1 et 2). J’ai intercalé deux rangs supplémentaires (rangs sans augmentation) toutes les 2 répétitions de 4 rangs (bref, tous les 8 rangs) 6 fois, soit 12 rangs supplémentaires.

En somme, bien contente de ce petit haut ! Il n’y a plus qu’à attendre une petite année pour pouvoir le porter… !