Pot #3

Deux pots, à vrai dire, et avec leurs soucoupes tant qu’à faire !

La photo ne permet pas de bien « mesurer » les pièces : le pot de gauche est haut de 10 cm, celui de droite de 12 cm. Des tailles moyennes, quoi.

grès noir

Les deux sont en grès chamotté et montés au colombin (comme d’habitude).

Pour le décor c’est de l’émail, avec un résultat plus ou moins réussi. Afin d’éviter que le bas des pots ne soit trop sali par la terre (quand plante il y aura, s’entend), j’ai émaillé… mais trop finement. Du coup, ça fait une bande noire au lieu des couleurs attendues.

grès rouge

Au niveau des intérieurs (si je puis dire), je suis assez contente du résultat sur le grès rouge ; en revanche sur le noir, j’espérais un peu plus de vert… C’est la dure loi de l’émail !

Pot à crayons

Il faut bien le dire, on n’a jamais assez de pots chez soi. En tout cas, je ne me lasse pas d’en faire. Et si en plus on a des crayons à ranger…

Tout tient, c’est-y pas beau ?

Rien de bien compliqué : une plaque ronde, puis la partie centrale montée au colombin, ensuite le bord monté au colombin itou, enfin les séparations entre les compartiments.

Spirale…

J’ai mal géré le séchage : après avoir gardé la pièce légèrement emballée pendant trois jours, histoire qu’elle sèche tranquillement, j’ai décrété qu’elle était quasi sèche et que je n’avais plus qu’à la mettre à l’air libre. Grosse erreur ! Elle était encore bien humide, et ce qui devait arriver arriva : les petits colombins qui séparent les compartiments ont séché plus vite que le reste, et certains se sont décollés…

Heureusement tout ce petit monde a supporté les cuissons sans casser d’avantage, et l’émail est venu consolider l’ensemble. On voit les cassures mais ça n’est pas gênant : si ce pot à crayons n’est pas maltraité, tout devrait tenir.

On voit bien la cassure ici à la première séparation, en haut.

Je n’ai pas précisé mais le pot est fait en grès blanc chamotté.