Oatmeal Pullover

C’est l’hiver, la bonne saison pour tricoter un pull épais !

pull Oatmeal
avec un sous-pull bordeaux, c’est pas si mal…!

Il ne me reste plus qu’à me tricoter des sous-pulls pour aller avec ! Ça me changera un peu de mes pulls à manches longues. En tout cas je suis vraiment contente du résultat, d’autant que j’étais un peu sceptique quand je tricotais… Le blocage a tout arrangé !

J’ai posté plus de photos sur la page du projet sur Ravelry.

Le fil

C’est un fil Ardelaine : Naturlaine 6, que j’ai déjà utilisé pour un autre pull. Pour être tout à fait exacte, j’ai tricoté les restes de ce précédent pull… d’où le fait que les manches soient un peu courtes ! Le patron indique des manches trois-quarts mais je n’avais plus assez de fil – et impossible d’en racheter, les stocks chez Ardelaine étant vides… Les couleurs : « kasha » pour la principale, et « camel » pour la contrastante.

La laine est toujours aussi agréable, rustique, avec son odeur de mouton… Que demander de plus ?

Ah si ! Cerise sur le gâteau, cette fois je ne me suis pas fait mal en tricotant. L’année dernière j’expérimentais la méthode dite continentale, qui ne m’a finalement pas convenu. J’ai donc tricoté ce pull Oatmeal selon ma méthode ordinaire – appelée par moi « méthode tendax » car je ne crois pas qu’elle ait un « vrai » nom – et tout s’est bien mieux passé !

Pour les curieuses, j’ai appris à tricoter avec les tutoriels de Mille milliers de mailles (les premiers sur lesquels je suis tombée, à vrai dire) : la méthode tendax en vidéo.

J’ai utilisé environ 460 m de fil – soit 32 € – pour ce pull.

Le patron

Le patron est signé Jane Richmond. Je n’ai pas vraiment de remarque, les instructions sont claires, c’est un tricot plutôt simple. J’ai fait pas mal de modifications car mon échantillon ne correspondait pas mais honnêtement les notes que j’ai prises sont assez peu compréhensibles, je préfère donc ne rien indiquer.

J’ai ajouté les rayures, j’aime bien le résultat même si j’aurais volontiers fait une ou deux rayures de plus sur le corps (mais je n’avais plus de laine foncée…).

Il s’agit d’une construction en raglan, que j’ai déjà pratiquée par le passé. Je ne suis pas trop convaincue par ce type de construction – encore que le résultat soit plus réussi que ce à quoi je m’attendais pendant que je tricotais ! Ce n’est pas le patron qui est en cause mais bien ce fichu raglan qui ne tombe jamais bien au niveau de l’emmanchure ! Bon, je ne m’avoue pas vaincue et je réfléchis à une façon d’obtenir un raglan « qui aille » mais… ce sera pour plus tard (quand je me sentirai de créer mon propre patron).